Mise en place afin de simplifier et d’accélérer la gestion des sinistres habitation, la convention IRSI (Indemnisation et de Recours des Sinistres Immeuble ) a déjà modifié profondément nos habitudes de gestion des sinistres Incendies et Dégât des eaux.

Dès l’origine, il était prévu qu’un bilan soit tiré afin d’adapter, si nécessaire, la convention.

C’est désormais chose faite. Il ressort de ce bilan que la recherche de fuite n’a pas été suffisamment simplifiée par la convention IRSI.

La convention IRSI qui régit la gestion des sinistres Dégâts des eaux en Copropriété depuis le 1er Juin 2018 évoluera au 1er juillet 2020.

En conséquence, l’évolution de la convention IRSI a pour objectif de simplifier la recherche de fuite.

Cette évolution devait entrer en vigueur au 1er avril 2020. Compte tendu des circonstances (COVID 2019) son entrée en vigueur a été reportée au 1er juillet 2020

La loi n° 2020-546 du 11 mai 2020, prolonge la période d’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet 2020 inclus. L’ordonnance n° 2020-560 du 13 mai 2020 complète l’ordonnance 2020-306 du 25 mars 2020 sur les délais applicables à diverses procédures, dont le contrôle technique, pendant cette période. 19 MAI 2020, SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DU GOUVERNEMENT

Le 11 mai, des milliers d’entreprises vont commencer à reprendre leur activité habituelle, de manière totale ou partielle. Ainsi, à l’initiative du Medef Paris et de la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur, un guide AFNOR Spec dévoile gratuitement les clés de la reprise d’activité en temps de pandémie.

Téléchargeable gratuitement sur le site d’AFNOR Editions https://www.boutique.afnor.org/norme/afnor-spec-x50-250/pandemie-les-cles-de-la-reprise-bonnes-pratiques-et-management-des-risques-pour-l-entrepreneur-et-ses-collaborateurs/article/941735/fa200384, ce guide propose une méthode pour assurer la reprise d’activité et des mesures concrètes pour faire obstacle à la propagation de la pandémie, avec une « check-list » des 4 priorités :


l’humain en premier pour créer un climat bienveillant centré sur la confiance et la cohésion sociale,


• la sincérité financière pour véhiculer la clarté et la transparence en interne et vis-à-vis des tiers,


• les priorités managériales avec comme mission essentielle la protection de l’activité, des actifs matériels et immatériels, la préservation des emplois et la redynamisation de l’activité commerciale,


le retour sur site passant en revue les circonstances d’exposition au virus, dans le quotidien de travail dès le trajet et les mesures à mettre en oeuvre.

Lettre de Florence Lustman, la présidente de la FFA, à Monsieur Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir, au sujet de l’enquête publiée le 27 avril par l’association, incitant les assurés automobiles à demander à leurs assureurs le remboursement d’une partie de leur prime du fait d’une forte baisse des accidents automobiles. https://www.ffa-assurance.fr/actualites/lettre-de-la-presidente-de-la-ffa-au-president-de-ufc-que-choisir

Le coronavirus a également provoqué une cyber-crise, qui frappe notamment en Provence https://www.laprovence.com/article/economie/5975010/la-minute-eco-le-coronavirus-a-egalement-provoque-une-cyber-crise-qui-frappe-notamment-en-provence.html

Les attaques pendant le confinement sont nombreuses… nous pouvons vous proposer un contrat sur mesure

Les assureurs, eux-mêmes impactés par le COVID-19, sont pleinement mobilisés pour assurer une continuité d’activité durant cette période exceptionnelle et accompagner leurs assurés au quotidien.
Dans ce contexte de grande difficulté, les assureurs ont annoncé des mesures exceptionnelles pour protéger les personnes et les entreprises les plus impactées par le virus Covid-19.
Par ailleurs, les contrats d’assurance complémentaire santé et les contrats de prévoyance peuvent intervenir pour indemniser les assurés en cas d’épidémie comme le coronavirus COVID-19. De même l’annulation de voyage ou le rapatriement sanitaire peuvent être couverts selon les contrats souscrits.
En revanche, la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises (pertes d’exploitation, rupture de la chaîne d’approvisionnement, annulation d’événements, défaut de livraison, etc.) exclut l’événement d’épidémie. En effet, en fonction de sa durée et de son ampleur, une épidémie peut affecter tous les secteurs et avoir un impact sur l’activité économique globale, rendant ainsi ses conséquences économiques inassurables.
Dans tous les cas, il convient de se reporter à son contrat et de contacter son assureur.
*Cette fiche est susceptible d’être mise à jour en fonction de l’actualité. Dernière mise à jour : 22 avril 2020.